Login Form



Niger-Ramadan-Prix

Début lundi du Ramadan sur fond de hausse des prix des denrées au Niger

APA-Niamey(Niger) Les musulmans du Niger ont entamé lundi le jeûne du mois de Ramadan, suite à l’apparition du croissant lunaire dans trois régions du pays, alors même que la flambée des prix des denrées de grande consommation se maintient sur les marchés, a constaté APA. Selon des chiffres publiés par l’Institut Nigérien de la statistique(INS), le niveau général des prix à la consommation mesuré par l’Indice harmonisé des prix à la consommation (HPC), est en hausse mensuelle de 5% depuis fin juillet dernier. Pour les produits alimentaires et boissons non alcoolisées, les fruits, les céréales, les légumes frais, les poissons, les viandes et les produits laitiers ont connu une hausse sensible de leurs prix se vendant entre plus de 38,7% à prés de 2 pour cent de leurs tarifs.

 

 
Population et Société - Institutions et vie politique

Historique

Le Niger, gouverné par l’armée de 1974 à 1989 après le coup d’État du lieutenant-colonel Seyni Kountché contre le président Hamani Diori, entre à partir de 1991 dans une période de démocratisation entravée par de graves troubles politiques. Une nouvelle Constitution, approuvée par référendum en décembre 1992, instaure une démocratie pluraliste. À l’issue du coup d’État perpétré en 1996 par le colonel Ibrahim Baré Maïnassara, une nouvelle Constitution adoptée par référendum par 90 p. 100 des votants (avec 35 p. 100 de participants au scrutin) consacre l’adoption d’un pouvoir fort. Cette Constitution est à son tour suspendue en avril 1999, après l’assassinat du président Maïnassara. Le processus démocratique aboutit la même année à un référendum constitutionnel et à la tenue d’une élection présidentielle. Le colonel à la retraite Mamadou Tandja, du Mouvement national pour la société de développement (MNSD), l’ex-parti unique, est élu avec 60 p. 100 des suffrages exprimés contre Mahamadou Issoufou, du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS). Il est réélu en 2004.

Organisation des pouvoirs

Les institutions nigériennes sont régies par la Constitution de 1999, qui instaure un régime semi-présidentiel en rééquilibrant les pouvoirs entre le président, le Premier ministre et le Parlement. Le président de la République, qui est à la fois le chef de l’État et le chef du gouvernement, est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois. Il nomme le Premier ministre et partage avec lui certaines responsabilités exécutives. Le pouvoir législatif est dévolu à un Parlement monocaméral, l’Assemblée nationale, dont les membres sont élus au suffrage direct pour cinq ans — en 2004, le nombre de députés passe de 83 à 113 afin de prendre en compte l’accroissement de la population nigérienne.

Partis politiques

La vie politique est dominée par le Mouvement national pour la société de développement (MNSD) du président Tandja. Le principal parti d’opposition est le Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS). Les autres formations importantes du pays sont la Convention démocratique et sociale (CDS), le Rassemblement pour la démocratie et le progrès (RDP) et l’Alliance nationale pour la démocratie et le progrès (ANDP) — ces trois formations sont dans la mouvance présidentielle.


 
Le pays et ses ressources - Relief et hydrographie

La superficie totale du Niger est de 1 267 000 km². Le pays peut se diviser en trois zones. Le Nord, qui constitue près des deux tiers du territoire, se situe dans le Sahara. Ici habitent les Touareg, nomades éleveurs de chameaux et de chèvres, conducteurs de caravanes (aujourd’hui de camions), particulièrement touchés par l’évolution économique et climatique de la région. C’est une région de montagnes, qui ont donné autrefois naissance à de grands fleuves, aujourd’hui fossiles ou transformés en oueds le temps d’une pluie. La végétation y est rare, hormis dans quelques oasis et autour des points d’eau. Le massif de l’Aïr (400 km sur 250 km environ) domine la région. Il est formé de montagnes entaillées de vallées, surplombées par le mont Greboun (1 944 m), les monts Tamgak (1 800 m), les monts Agalak (1 700 m), les monts Bagzane (2 022 m). Au nord-est, séparé de l’Aïr par le Ténéré et le grand erg (désert de sable) de Bilma, le massif du Djado (mont Toummo, 1 022 m) se prolonge par l’éperon tabulaire et peu élevé du Kawar (Dirkov, 350 m). Plus au sud, isolé dans une grande pénéplaine de sable à la hauteur du 16e parallèle, le massif de Termit marque la limite entre le désert et le Sahel.


Le Centre-Sud fait partie du Sahel. C’est une zone semi-aride, à l’herbe rase parsemée d’arbustes et d’épineux. En saison des pluies, les dallols (Dallol Bosso, Dallol Maouri), larges vallées des anciens affluents sahariens du Niger, à sec le reste de l’année, se remplissent de mares et verdissent pour quelques semaines. C’est, pour les immenses troupeaux de bovins des Peul et des Touareg, l’époque de la « cure salée » qui succède aux épreuves de la longue saison sèche. Événement économique autant que social, la « cure salée » est l’occasion de rencontres entre familles et clans (mariages, transactions, etc.).

 

Le Sud, situé en zone de savane, est la seule région fertile, avec des pluies généralement suffisantes pour les cultures vivrières sans irrigation. Elle comprend la vallée du fleuve Niger (550 km dans la république du Niger) et sa rive droite jusqu’à la frontière du Burkina, et une bande d’une centaine de kilomètres de profondeur le long de la frontière du Nigeria. Elle s’amincit au fur et à mesure que l’on s’approche du lac Tchad, une des plus grandes étendues d’eau du continent, bordée de papyrus, à la profondeur et à la superficie sujettes à de grandes variations selon la pluviosité et l’évaporation.

 

Polls

How are the election results compared to what expected?
 

Nouveau messages du forum

Pozycjonowanie

by Abewherie
on Tuesday, 05.July 2011 12:35

Nigeria-Politique: Une aube nouvelle

by Administrator
on Thursday, 30.June 2011 11:11

Qui est en ligne

  • No users online